Célian dans la tête...

Qui de mieux que Célian pour vous présenter celui ou celle qui se cache derrière notre oiseau ? Nous répondra-t-il ?

« Evidemment ! Je suis né de l’imagination d’une demoiselle, Dorothée Pétain.
— C’est un peu court, ne pouvez-vous nous en dire plus ?
— Bien sûr. Elle est née en 1985. C’est une musicienne autant qu’une scientifique, et bien qu’elle eût décidé de poursuivre des études de mathématiques et de physique-chimie, elle ne pouvait se résoudre à ranger son instrument, la flûte traversière. Mais vint un jour où elle ne souhaita plus partager son temps !
— C’est-à-dire ?
— Eh bien, huit mois après avoir intégré une école d’ingénieur, Centrale Lyon, elle se décida pour un établissement un peu plus au Nord, le Conservatoire royal de Bruxelles, dont elle salue les professeurs (ainsi que celles et ceux qui lui ont enseigné la flûte auparavant !).
— Je vois… Mais cela ne me dit toujours pas comment vous êtes arrivé ici !
— J’y viens ! Voyez-vous, dans le cursus bruxellois, vous devez créer un projet sur une thématique imposée, « l’eau » cette année-là. Et plutôt que de simplement organiser un concert, elle prit la plume et se décida pour l’écriture d’un conte musical, Galli et la fleur de Célian.
— Nous y sommes !
— Eh oui, c’est là que les choses ont pris forme ! C’est là aussi que je suis né, physiquement, sous les doigts de Marie Ternoy (un grand merci pour ses illustrations, je me trouve bel oiseau !). Tous les ingrédients étaient réunis : la musique, l’écriture, la scène… et cela dans le but de faire découvrir la musique aux plus jeunes. Depuis, elle n’a pas lâché son stylo ! Et tous ses projets sont réunis ici.
— Merci Célian pour ces quelques informations.
— Je vous en prie ! Mais il est temps ! Comme toujours… »

Je n’ai plus qu’à m’envoler… A vous de rêver !